CO-PROJETS

 

Collectif W

W est un artist run space fondé il y a 11 ans par des artistes à Pantin. C’est à la fois un lieu de création avec des espaces de travail à loyer modéré occupé par des résidents et un lieu de monstrations et d’expérimentations avec une programmation mensuelle.  W est aujourd’hui constitué d’Ana Braga, Fanny Châlot, Judith Espinas, Céline Notheaux, Laure Wauters, membres du bureau ainsi que de Sylvain Azam, Sophie Lamm, Yannick Langlois, Giuliana Zefferi membres satellites. W a toujours mis en œuvre une méthode de travail collégiale et spéculative, autour d’enjeux liés à la pratique de l’art et de son partage. Les projets collectifs sont pensés sur le long terme et font l’objet de discussions approfondies qui impliquent chaque membre.  Site de W

 

ARTOTHÈQUE W, second volet

du 9 octobre 2021 au 5 février 2022, tous les samedis de 14h à 18h au 7, allée Rosa Parks à Gennevilliers

Depuis juillet 2020, le collectif W porte un projet d’artothèque ;  lieu de consultation, d’emprunt, de réunions, de rencontres, d’ateliers de co-recherche et d’exposition. Samedi 9 octobre nous lancerons le deuxième volet de l’Artothèque W à Gennevilliers avec Sylvain Azam, Ana Braga, Sarah Duby, Judith Espinas, Émeline Jaret, Yannick Langlois, Céline Notheaux, Martha Salimbeni, Laure Wauters et Giuliana Zefferi. Voici le lien du catalogue en ligne: Catalogue Artothèque W 2021

Une nouveauté cette année : la caution alternative. En effet, pour emprunter une œuvre il est nécessaire de laisser une caution qui est restituée à la fin de l’emprunt. L’année dernière il s’agissait d’un chèque de caution équivalent à la valeur d’assurance de l’œuvre. Cette année certaines œuvres seront empruntables via une caution alternative : un objet (au sens large du terme) en gage à laisser à l’artothèque.

LES RENDEZ-VOUS
L’artothèque sera ouverte tous les samedis jusqu’au 5 février de 14h à 18h
(sauf les 30/10, 25/12 et 01/01). 
Samedi 9 et dimanche 10 octobre 2021 : Inauguration du second volet de l’Artothèque W
Samedi 23 octobre 2021 : Rencontre autour des enjeux du projet
Samedi 5 février 2022 : Restitution des oeuvres

7 allée Rosa Parks
92230 Gennevilliers
M° 13 Gabriel Péri

 

Artothèque W

| résidence | exposition | artothèque |
Maison des arts, centre d’art contemporain de Malakoff, France, juillet 2020 – janvier 2021
Dossier de presse

Le collectif W est en résidence de juillet 2020 à janvier 2021 à la supérette, second lieu de la maison des art – centre d’art contemporain de malakoff. Avec : Ana Braga, Sylvain Azam, Judith Espinas, Céline Notheaux, Catherine Radosa, Martha Salimbeni, Laure Wauters, Giuliana Zefferi + artistes invités : Maxence Chevreau, Anne-Sophie Coiffet, Lucie Douriaud, Bilal Hamdad, Charlotte Heninger, Margaux Janisset, Olivia Laigre, Sophie Lamm, Yannick Langlois, Mathias Leonard

Le collectif W a choisi de développer un projet dont le dispositif interroge celui d’une artothèque. Définie comme un organisme de prêt ou de location d’œuvres d’art ou de reproductions, l’artothèque possède un double enjeu de diffusion et de médiation de l’art auprès de publics diversifiés. Initiative artistique du début du 20e siècle, la politique culturelle française s’en est inspirée dans les années 1980 pour impulser un renouveau au soutien de la création. À mi-chemin entre le musée et la bibliothèque, l’artothèque possède une structure originale qui a entraîné des développements variés au fil des dernières décennies. Le collectif W souhaite à son tour s’emparer de cet outil de diffusion de l’art pour renouveler son propre circuit dans une intention de partage. Résultat d’une réflexion sur les conditions de travail des artistes et la valeur de l’œuvre, le projet est pensé dans le contexte global de l’économie d’un artiste en Île-de-France.

 

LCJX0921

IMG_5327Superette_12_CR_web (1)Plan mercredi - collectif W - octobre -2020-5IMG_5381IMG_4286W_Superette_Expo_2_photoRadosa_03Superette_21_CR-web (1)W_Superette_Expo_2_photoRadosa_10W_Superette_Expo_2_photoRadosa_17IMG_4263Superette_17_CR_webimage00000020201007_17233120201007_173404W-Superette-Final_photoRadosa-web-7W-Superette-Final_photoRadosa-web-3

MAB20210130G5546BDMAB20210130G6046BD

@ Collectif W, C.Radosa, M.Bessière

 

Ubiquitaire

| exposition |
avril 2020

Avec Ana Braga, Fanny Châlot, Lucie Douriaud, Anne-Sophie Coiffet, Judith Espinas, Julia Gault, Olivia Laigre, Céline Notheaux, Catherine Radosa, Clément Roche, Laure Wauters

“Et en un temps record ils ont fait un geste non pas recyclable, mais ré-appropriable, qui ressemblait à la fabrique d’une langue. Esperanto-W. Si je tends la main et que je dis vert, ton miroir me renvoie quoi ? Chacun a conçu donc comme il pouvait une pièce. Chacun était onze, ils auraient pu être plus, peuvent encore l’être, tout dépend de ce qu’on entend par temps, pratique, œuvre, exposition. Fin avril, la somme des pièces, telle que traduite par chacune des onze mains, ferait exposition qui serait onze, réunissant onze versions de onze propositions, rassemblées en un soir sur internet, depuis les écrans de Bruxelles, Paris, Washington, Saint-Denis de la Réunion, pour le jeu du vernissage. “
Lire l’article de Clare Mary Puyfoulhoux

Vue exposition ubiquitaire

Ubiquitaire  PART 1

Ubiquitaire PART 2

 

PDF  UBIQUITAIRE, VERSION CÉLINE NOTHEAUX

 

Les entrées extraordinaires IV

| recherche | résidence | exposition |
Pragovka Gallery, Prague, 2019

Avec Sylvain Azam, Ana Braga, Fanny Châlot, Judith Espinas, Yannick Langlois, Sophie Lamm, Céline Notheaux, Catherine Radosa, Giuliana Zefferi + Ondřej Homola

“Auxiliaire effectif des mineurs avant l’utilisation d’outils de mesures modernes, le canari a longtemps été élevé par les charbonniers pour les accompagner dans les mines, en prévention des émanations fatales de gaz. Au tournant des années 2000, l’expression climate canary est devenue le signal d’alerte pour tout organisme vivant soumis à une pression environnementale qui peut engendrer des risques pour d’autres espèces, perpétuant l’idée de l’animal en lanceur d’alerte, malgré lui. Invités par la Pragovka Gallery à produire une exposition collective, les artistes du Collectif W ont empruntés aux canaris cette vocation involontaire à anticiper un futur potentiel et proposé une nouvelle occurrence de leur projet, Entrées Extraordinaires, initié en 2014. Relocalisant la généalogie de ce projet collectif dans le cadre post-industriel des anciennes usines Praga et Kolben, ils interrogent ensemble le rôle et la position des artistes dans les processus de gentrification et de transformation urbaines, au-travers de réflexions liées aux concepts de travail, de production, de coopération et d’écologie. Résultat d’une recherche collective d’une année et d’une résidence d’un mois sur le site, Mimořádné vstupy 4 (Les entrées extraordinaires IV) est une réaction directe au contexte de Pragovka.” Extrait du cp rédigé par Y.Langlois et C.Radosa.

EE4_1

EE4_234_LesEntreesExtra45_LesEntreesExtra4EE4_13EE4_24Mimoradne-vstupy_22Mimoradne-vstupy_24assiettesEE4_3EE4_20EE4_16 (1)EE4_17

@ Collectif W, C.Radosa

 

Collectif 35H, Session 6, Chambre à Part

| résidence | exposition |
Paris

Avec Aya, Mehdi Besnainou, Manon Dard, Marie Ouazzani & Nicolas Carrier, Thibault Daelman, Céline Notheaux
Curateur : Frédéric Blancart (voir la publication)

Pour cette session 6, sept artistes et un curateur ont investi un étage de chambres de bonne d’un immeuble parisien. Chaque artiste s’est vu attribuer une chambre qu’il a pu investir, de 9h à 17h, du lundi au vendredi pendant une semaine, soit 35h.

Plus d’infos sur 35H

celine-notheaux-sur-mes-murs-la-mer-et-espace-symbolique

celine-notheaux-sur-mes-murs-la-mer-detail1FRAFRAGILE : SUR MES MURS LA MER, 2016
Feutre, peinture aérosol

celine-notheaux-sur-mes-murs-la-mer-detail2
FRAFRAGILE : LES SIGNES SONT GLISSANTS, 2016
Peinture aérosol, cadre en pin, carte à jouer, mètre en papier

celine-notheaux-espace-symbolique-detail1
FRAFRAGILE : 11H15, 2016
Peinture aérosol, papier rhodoïd, sérigraphie ESPACE SYMBOLIQUE , 2015

celine-notheaux-frafragile-detail3
FRAFRAGILE : ENTREZ SVP, 2016
Peinture aérosol

celine-notheaux-le-dehors-du-dedans-ou-l'inverseFRAFRAGILE : LE DEDANS DU DEHORS OU L’INVERSE, 2016
Peinture aérosol, fenêtre ouverte

celine-notheaux-frafragile

celine-notheaux-frafragile-detail1FRAFRAGILE : 16h14, 2016
Papier rhodoïd, ruban adhésif, horloge en carton, impression jet d’encre

celine-notheaux-frafragile-detail2
FRAFRAGILE : QUESTION D’ÉCHELLE, 2016
Peinture aérosol, élément de la série INTERFACE, 2015 (crayon de couleur, ruban adhésif)

Photos © Lucia Barti

 

Les entrées extraordinaires

| recherche | exposition |
​Pantin, 2014

Avec Sylvain Azam, Philippine Barbou, Fanny Châlot, Judith Espinas, Arno Gisinger, Lennart Lahuis, Sophie Lamm, Yannick Langlois, Geneviève Michel, Céline Notheaux, Clément Roche, Giuliana Zefferi

Pour cette exposition l’atelier W s’est approprié et expose une collection d’objets issue des Archives de la ville de Pantin. Récoltée à la fermeture de l’usine pantinoise Motobécane en 1988, il s’agit d’un ensemble de milliers de matrices en bois destinée aux tirages des pièces des moteurs de la marque. Cette collection est aujourd’hui archivée sous la lettre Z, cote pour les entrées extraordinaires. Cet ensemble, à la fois singulier et étrangement muet, a constitué un objet de travail collectif pour les artistes de l’association. Les enjeux de cette expérience reposent sur le geste même d’exposer ces objets et posaient la question de l’actualité des pratiques artistiques et de conservation du patrimoine. Qu’est-ce qui fait archive et qu’est ce qui fait œuvre ? En correspondance à cette présentation de l’atelier W nous avons reçu l’artiste et historien Arnaud Gisinger, ainsi que Geneviève Michel, conservateur et responsable du pôle mémoire et patrimoine de la ville de Pantin pour s’interroger sur le statut de ces archives industrielles. Qui fait passer et comment fait-on passer ces productions industrielles à un statut de matériaux historiques ou à celui d’œuvre d’art?

 

6_LesEntreesExtra1

.
.
.
.
.
.